Mohamed Bazoum, l'ancien ministre de l'Intérieur et candidat du PNDS-Tarayya, le parti au pouvoir, a présenté son programme à l'ensemble du corps diplomatique, ce 14 décembre, à Niamey. Dans la continuité du programme Renaissance acte II initié par le président Issoufou en 2011, le programme "Renaissance, avancer et continuer" (acte III) du candidat Bazoum consacre un volet important aux défis sécuritaires que le Niger doit relever, notamment aux 4 foyers qui génèrent de l'insécurité. Retour sur ses explications. 

Mohamed Bazoum : quels seront ses 4 principaux défis sécuritaires ?

Niger : J-10 avant l'élection présidentielle au Niger

Mohamed Bazoum, l'ancien ministre de l'Intérieur et candidat du PNDS-Tarayya, le parti au pouvoir, a présenté son programme à l'ensemble du corps diplomatique, ce 14 décembre, à Niamey. Dans la continuité du programme Renaissance acte II initié par le président Issoufou en 2011, le programme "Renaissance, avancer et continuer" (acte III) du candidat Bazoum consacre un volet important aux défis sécuritaires que le Niger doit relever, notamment aux 4 foyers qui génèrent de l'insécurité. Retour sur ses explications. 

Boko Haram, la frontière du Mali, du Burkina-Faso et le Sud de la Libye constituent quatre foyers dangereux pour le Niger. Dans la nuit du 12 au 13 décembre, une attaque djihadiste meurtrière d'une violence inouïe a eu lieu le jour des élections locales, à Toumour dans la région de Diffa, près de la frontière avec le Nigéria. Bilan officiel : 27 morts, des blessés et quelques disparus. Le village de Toumour a été détruit à 60% d'après un élu local.

Ce massacre est survenu au moment des élections municipales et régionales dans le pays et à deux semaines de la présidentielle du 27 décembre, qui verra le président Mahamadou Issoufou quitter le pouvoir après deux mandats.

Diffa - Toumour

D'après notre correspondant sur place et les sondages, le candidat Mohamed Bazoum pourrait remporter cette élection présidentielle dès le premier tour tant l'opposition apparait fragile, avec des programmes politiques presque inexistants. 

Lors de la présentation de son programme au corps diplomatique, à Niamey, Mohamed Bazoum a rappelé que l'insécurité qui prévaut au Niger n'a pas sa base sur son territoire et cette dernière attaque à Diffa le prouve. Les djihadistes arrivant directement du Nigeria voisin. 

Carte Voisin

Le groupe djihadiste Boko Haram, né au Nigeria en 2009, a établi des bases sur certains des multiples îlots parsemant le lac Tchad, une vaste étendue marécageuse à la frontière entre le Nigeria, le Tchad, le Niger et le Cameroun.

Depuis 2016, le groupe Boko Haram s'est divisé en deux factions : celle d'Abubakar Shekau, le chef historique du groupe, et l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap), affilié à l'EI.

Les autorités nigériennes ne font pas la différence entre les membres de Boko Haram et de l'Iswap, qualifiant tous ces combattants djihadistes comme des éléments de Boko Haram.

Le Mali et le Burkina à l'Ouest du Niger, des foyers insécuritaires

Bazoum

Outre Boko Haram, Mohamed Bazoum a rappelé que le Niger doit faire face, dans l'Ouest, à ses frontières avec le Mali et le Burkina, à des attaques des groupes djihadistes sahéliens, dont l'Etat islamique au Grand Sahara (EIGS). Il a insisté sur la problématique du Mali avec lequel le Niger partage 800 km de frontière. L'ancien ministre de l'Intérieur a expliqué qu'avant d'arriver à la frontière du Mali (région de Ménaka), il faut traverser une zone difficile avec des hommes armés. Il a invité les diplomates présents à trouver une solution commune pour régler le problème, tout en rappelant, sans détour, ni langue de bois, que l'Accord d'Alger a été inefficace et que cet accord a empiré la situation. 

L'Accord d'Alger a été inefficace et a empiré la situation

"La communauté internationale a des obligations envers le Mali. Nous devons changer la démarche et être plus incisifs avec nos partenaires américains, français, et avec l'Union européenne et l'Union africaine" dixit Mohamed Bazoum.  

Enfin, le candidat du PNDS-Tarayya a exposé le cas du Sud de la Libye qui est également un foyer du terrorisme. 

Tour à tour, les diplomates de la zone Sahel ont conclu sur une note positive : "Nous partageons l'espoir de rétablir la sécurité à vos côtés et nous ne doutons pas que l'élection présidentielle à venir se déroulera dans un climat apaisé et en toute transparence". 

L'ambassadeur d'Algérie en poste à Niamey s'est exprimé quant à son souhait pour le Niger de rester sur la voie du développement et de la réalisation ouverte par le président Issoufou.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction