24 janvier 2019-24 janvier 2021, le Président Félix Antoine Tshisekedi vient de totaliser 2 ans à la tête de la République Démocratique du…

Congo - Kinshasa

RDC : le bilan de Félix Tshisekedi, 2 ans après l'alternance ( Jean-Pierre Kambila, Pathy Lendo, Balufu Bakupa-Kanyinda et Gloria Lwamba s'expriment)

24 janvier 2019-24 janvier 2021, le Président Félix Antoine Tshisekedi vient de totaliser 2 ans à la tête de la République Démocratique du Congo. Ces deux années n'ont  pas manqué de susciter de nombreuses réactions des politiques. Ainsi votre rédaction 54 états a récolté les avis de Jean-Pierre Kambila, Pathy Lendo, Balufu Bakupa-Kanyinda et Gloria Lwamba.

 

L'observation faite du Côté de la famille politique de Joseph Kabila, le Front Commun pour le Congo est que le Président Félix Tshisekedi continue à travailler dans le respect des lois en vigueur du pays. C'est le cas du professeur Jean-Pierre Kambila, membre du FCC. L'ancien directeur de cabinet adjoint de Joseph Kabila estime qu'on ne peut faire l'évaluation d'action du secteur social dans deux ans en République Démocratique du Congo

Jean Pierre Kambila

"Au moment où le Président commémore ces deux ans de pouvoir, je considère que le devoir de tout  cadre Congolais est de l'encourager à demeurer dans la voie démocratique et du maintien de l'unité de la nation. Il est vrai que la réalité congolaise ne permet pas d'établir objectivement un bilan économique et social sérieux après seulement deux ans. Mon souhait est de voir la Rdc s'engager dans un programme de relance économique avec des objectifs précis ayant pour assises principales, l'éducation, les infrastructures, l'agriculture et le tourisme.". 

Du côté de l'opposition scientifique, Maître Pathy Lendo remet en cause la coalition FCC-CACH à la base de l'échec cuisant du bilan de 2 ans du Président Félix Tshisekedi. Certes, la rupture de cette coalition permettra à Félix Tshisekedi de travailler selon sa propre vision. Pathy Lendo

" Le contexte dans lequel l'exercice du pouvoir s'est déroulé dans les 24 derniers mois était tel qu' aucune avancée fondamentale ne pouvait s'observer.  Aujourdhui, par une introspection sévère et au bénéfice de la rupture FCC-CACH, le président a les coudées libres pour construire le bilan de sa mandature, et le temps s'affiche toujours en intraitable juge.", a dit Me pathy joseph Lendo.


Si Pour Jean-Pierre Kambila et Pathy Lendo n'ont presque constaté aucun changement majeur durant les deux  années, Balufu Bakupa-Kanyinda salue les efforts fournis par le Président de la République durant ces deux ans. Pour lui, Félix Tshisekedi a hérité un pays en lambeau. Ainsi, il remet de l'ordre dans le pays bouleversé depuis l'indépendance. 

Balufu
"Pour mieux apprécier les deux années que vient de passer le Président Tshisekedi à la tête de notre Congo, mon pays, il faut sortir du « discours d’intérêt politicien » ou de la «paradoxale palabre du Congolais, semi politicien et semi intellectuel » ; il faut d’abord se permettre d’inscrire en faux l’expression « alternance pacifique »  qui ne fut qu’un trompe l’oeil nécessaire dans le registre d’une volonté d’apaisement d’une crise latente – qui a fini par s’installer. Regardons en arrière. Que des cicatrices et cadavres que l’on ne peut cacher ! Entre 2015 et 2019, le régime de l’ex-président Joseph Kabila a atteint le climax de l’horreur et de la violence meurtrière, dans sa vaine et criminelle tentative de se maintenir au pouvoir « par tous les subterfuges nécessaires ». Que des vies fauchées, des jeunes vies ! Par « l’alternance pacifique », il y a l’expression sincère et la volonté du Président Tshisekedi de ne pas verser dans la chasse aux sorcières, de ne pas verser dans le manichéisme ni de dresser les échafauds. De ne pas fouiner, donc de prôner la transparence de ses actions. Mais hélas ! Les sorciers, ces mauvais diablotins de l’empoisonnement de la société, ont des carapaces dures qui refusent tout changement. Le Président Tshisekedi a hérité d’un Etat métastasé par la faillite généralisée et toute l’ampleur de la médiocrité enracinée par le régime de Kabila ; Tshisekedi a pris les commandes d’une maison à la belle façade mais dont les intérieurs sont complètement pourris, vérolés, minés, en ruine. Il a fallu nettoyé. C’est à cela que le Président Tshisekedi s’acharne depuis 2 ans : remettre de l’ordre, remettre le pays sur les rails de la normalité et de la raison humaine. C’est un travail dont les résultats ne se font pas voir directement dans le panier de la ménagère congolaise, mais c’est un travail fondamental pour construire un pays fiable, fréquentable et pour instaurer un état de droit démocratique. La transition, comme un bloc de glace sorti du réfrigérateur et qui ne devient pas liquide à la minute d’après, demande beaucoup d’abnégation. Ses résultats sont immatériels, pour le moment, mais ils opèrent souterrainement au changement. Durant ces 2 ans, le Président Tshisekedi s’est attelé à déconstruire un passé chaotique de 60 ans d’accumulation de mauvaise gouvernance. Il faut du temps, beaucoup de temps, pour poser les bases saines et solides de la construction d’un Congo à venir de justice sociale, car sans justice il n’y a pas de paix à l’est ni au sud ni à l’ouest ni au nord. Pour Félix Tshisekedi, homme intègre et social-démocrate, la RDC a besoin d’une trêve politique durable pour enfin réfléchir, d’une commune volonté et dans un élan collectif, à son développement : c’est cela la vision politico-philosophique de l’Union sacrée de la nation. ", a réagi
Balufu Bakupa-Kanyinda.

Gloria Lwamba analyste politique indépendante et  Présidente de GENI congolais une structure de la société civile, parle le même langage que le célèbre cinéaste congolais sur le bilan du Président Félix Tshisekedi. Elle reconnait les efforts louables déployés par le Président de la République sur l'importance accordée à la femme congolaise et à la promotion de l'entrepreneuriat des jeunes. Gloria Lwamba


" Il est dit qu’on mesure le degré d'avancement d'une société par la place qu'elle accorde aux femmes. Le plan d’action national (2019-2022) de la résolution 1350 du conseil de sécurité est prometteur tant en terme de sécurité dans la prévention qu’en terme de gestion de crise et de consolidation de la paix. il y’a un espoir à l’horizon. 
La volonté politique sur les questions liées au genre est démontrée. 
Les signaux nous indiquent qu’une économie collaborative qui donnera des opportunités aux femmes et qui primera les talentueux se pointe.", a dit Gloria Lwamba.

Beni Kinkela
Journaliste et correspondant en RDC