Accusé de viol, l’opposant Ousmane Sonko a refusé de se présenter à la convocation de la gendarmerie en vertu de son immunité parlementaire…

Senegal

Sénégal : L'opposant Ousmane Sonko accusé de viol

Accusé de viol, l’opposant Ousmane Sonko a refusé de se présenter à la convocation de la gendarmerie en vertu de son immunité parlementaire. Celle-ci pourrait cependant être levée bientôt à l’Assemblée nationale.

Notifié au cours du week-end de la plainte pour "viols et menaces de mort" déposée contre lui le 2 février dernier, l’opposant a refusé lundi matin de se rendre à la convocation des enquêteurs de la Section de recherches de la gendarmerie.

Dans cette plainte, que 54 ÉTATS a pu consulter, une femme de 20 ans nommée Adji S. accuse Ousmane Sonko d’avoir "exigé des faveurs sexuelles" à trois reprises, à la fin de séances de massage pratiquées dans un "salon de beauté" dakarois. La plaignante affirme également avoir été menacée par l’opposant avec "deux armes".

Ousmane SOnko

Si Ousmane Sonko reconnaît avoir fréquenté ce salon de massage en raison de "douleurs cervicales", il nie les accusations de viol et de menaces de morts proférées à son encontre. Le député convoquait dimanche soir une conférence de presse "pour apporter sa version" et se défendre. Il a alors déclaré avoir eu recours à des "massages thérapeutiques pour raisons de santé" qui justifiaient des "séances professionnelles".

"J’accuse explicitement Macky Sall", a réagi l’opposant, jugeant que la plainte déposée contre lui serait "un complot odieux et minable", "une lâche cabale politique" orchestrée par le président sénégalais et mise en œuvre par le procureur de la République Serigne Bassirou Guèye.

Ousmane SOnko

Ousmane Sonko annonce par ailleurs qu’il va déposer une plainte contre son accusatrice tout en prenant l’opinion à témoin. Il compte se battre sans relâche pour l’éclatement de la vérité dans cette affaire qu’il juge "sordide".

Rédaction
Journaliste