Des Congolais se rendront aux urnes en juillet pour élire les membres de leur assemblée nationale ainsi que ceux des conseils…

Congo - Brazzaville

Congo-Brazzaville : les élections législatives et locales fixées au 10 juillet

Des Congolais se rendront aux urnes en juillet pour élire les membres de leur assemblée nationale ainsi que ceux des conseils départementaux. Le gouvernement a publié vendredi, la date du premier tour de ce double scrutin. 

Le top départ de ces scrutins sera donné par les agents de la force publique congolaise. Ils voteront le 4 juillet alors que le reste du corps électoral est appelé aux urnes 6 jours plus tard. Calendrier fixé en tenant compte «de la complexité et de la lourdeur des opérations préparatoires», a souligné le porte-parole du gouvernement congolais. 

Le Parti congolais du travail (PCT), première formation de la majorité, du président Denis Sassou Nguesso a déjà investi l’essentiel de ses candidats. Le PCT compte 92 députés sur 151 dans l’assemblée sortante. L’opposition y est représentée par l’Union panafricaine pour la démocratie et le progrès social, UPADS. Les pouvoirs de l’Assemblée nationale congolaise ont été renforcés par la constitution de 2015. Elle peut, par le vote d’une motion de censure renverser le Gouvernement. Alors que la même constitution confère aussi au président de la République, le pouvoir de dissoudre cette chambre basse du parlement.

Unique parti d’opposition disposant d’un groupe parlementaire dans la chambre basse du parlement, l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS) sera également de la partie. Bien que dépitée par des dissensions internes depuis la disparition de son leader Guy-Brice Parfait Kolélas - disparition survenue au lendemain de la présidentielle de 2021 - l’Union des démocrates humanistes (UDH-Yuki) compte y prendre part.

La moitié de l'opposition prête à boycotter

Ce qui n'est pas le cas d'autres formations politiques telles l’Alliance pour la République et la démocratie de l'opposant Mathias Dzon, et la Fédération de l’opposition congolaise de Clément Miérassa. Ces deux plateformes qui estiment que ces élections sont jouées d’avance sont partisanes du boycott.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction