Mali : l’union nationale n’exclut pas les questionnements après le massacre de Diallassagou

Au moins 132 morts dans le Centre du Mali, c’est le bilan officiel de l’attaque menée ce week-end dans plusieurs villages de la commune de Diallassagou, région de Bandiagara. Bamako a décrété trois jours de deuil national et appelé à « la communion des cœurs et des esprits face à cette épreuve… » Un appel à l’union nationale entendu bien sûr par tous les acteurs politiques, mais qui n’empêche pas certains questionnements sur la stratégie militaire des autorités.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction